Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Sang des Femmes
  • Le Sang des Femmes
  • : BIENVENUE dans ce blog, qui fait suite à un cycle radiophonique menstruel consacré aux mentruations. Emission "Les Petits Papiers", sur les ondes de Canal Sud Radio 92.2FM à Toulouse. Proposé par Fatima Guevara, Isabel S., S. Bockel & Or-Or.
  • Contact

NEW : Le SANG des FEMMES II

:::::: NEW :::::: Pour continuer de vous instruire sur les menstruations voici la suite de ce blog

sur "Le SANG des FEMMES II", et l'adresse la voilà : http://lesangdesfemmes2.blogspot.com

:::::: NEW :::::: avec les rubriques habituelles et l'actualité des menstruations : le marketing des menstruations, les innovations ...

/ / /


Les troubles menstruels et l'emploi des contraceptifs
http://www.fhi.org/fr/rh/pubs/network/v19_1/methoduse.htm

/Kim Best

 

Dans le monde entier, les femmes suivent généralement leurs règles de près. Elles sont très sensibles à toute perturbation de leur cycle et aux variations de leur flux menstruel. Et il arrive que les troubles liés aux contraceptifs entraînent le rejet de la méthode qu'elles utilisent ou qu'elles pourraient utiliser.

Les contraceptifs modernes peuvent en effet sérieusement perturber les règles, en provoquant des saignements abondants, prolongés ou irréguliers, tout comme une disparition totale des menstrues (aménorrhée).

Quand un prestataire discute avec une cliente du choix d'une méthode ou lorsqu'il écoute une femme se plaindre d'effets secondaires, il peut ignorer ces troubles ou minimiser leur importance, car certaines de ces perturbations, il est vrai, sont transitoires ou peuvent s'atténuer avec le temps. Tant que les saignements irréguliers n'ont pas de conséquences graves, comme une anémie, ils ne constituent souvent qu'un problème de santé mineur. Mais de tels changements ne sont pas acceptables pour certaines femmes.

Selon une étude menée par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) dans 10 pays et auprès de 5.322 femmes, ces dernières sont sensibles aux moindres variations de leurs menstruations. Dans les campagnes comme dans les villes, et quel que soit le milieu socio-économique ou religieux, la majorité des sujets interrogés (largement plus de la moitié dans la plupart des pays) ne veulent pas que leur cycle menstruel soit perturbé.1

                                                            
Mais la notion de "règles normales" varie considérablement selon les régions du monde, du fait notamment de facteurs génétiques ou environnementaux influençant les rythmes menstruels. Cette même étude de l'OMS a ainsi montré que, chez les femmes n'utilisant pas de contraceptif, la moyenne trimestrielle de jours de saignement est par exemple de 12 jours au Mexique contre 18 en Grande-Bretagne (où les cycles menstruels semblent plus courts et les saignements plus prolongés).

Chez les femmes employant un contraceptif, de telles variations régionales et ethniques des flux menstruels ont aussi été observées. Une autre enquête de l'OMS ayant porté sur plus de 5.000 sujets utilisant soit un contraceptif oral combiné (COC), soit un contraceptif injectable, soit encore un anneau vaginal libérant un progestatif, a permis de montrer ces différences : les femmes européennes tendent ainsi à avoir leurs règles plus souvent que celles d'Asie, d'Amérique latine, d'Afrique ou des Caraïbes. Et cet écart s'observe quelle que soit la méthode utilisée.

C'est chez les femmes d'Afrique du Nord employant un contraceptif injectable que l'on relève les périodes de saignements ou de petits saignements (spotting) les plus brèves, les intervalles aménorrhéiques les plus longs, ainsi
que les rythmes les plus réguliers.
2

 


Influences culturelles

D'une région du monde à l'autre, la notion de "règles normales" dépend aussi de facteurs religieux et culturels, qui peuvent influencer de manière considérable l'existence quotidienne des femmes, qu'il s'agisse de la perception de leur état de santé, de l'hygiène, de la vie sexuelle, de l'exécution des tâches domestiques, de la participation aux activités sociales ou même de la fréquentation des lieux de culte.

Durant leurs règles, les femmes musulmanes n'ont ainsi plus le droit de prier, de jeûner, de toucher certains livres sacrés ou pratiquer divers rites religieux. Elles considèrent souvent le sang menstruel comme étant polluant. Elles craignent d'être d'une malpropreté contagieuse et évitent ainsi de s'approcher trop près des jeunes enfants et des femmes enceintes. "En Egypte, les serviettes et les vêtements tâchés de sang menstruel sont lavés séparément", précise le docteur Laila Kafafi, conseillère permanente au Caire pour les équipes de recherche de FHI.
"Et même si leur religion ne leur interdit pas de se doucher durant leur règles, certaines femmes musulmanes croient que se laver ainsi est mauvais pour leur santé." Ailleurs, en Yougoslavie par exemple, il est parfois interdit aux femmes chrétiennes de participer à certaines activités de la paroisse ou d'accomplir leurs travaux au foyer quand elles ont leurs règles.

 

"Mais les modes de vie moderne obligent souvent les femmes à remplir leurs tâches domestiques même durant leurs règles et même si elles préféreraient s'en abstenir", précise le docteur Asha Mohamud, un médecin somalien qui a étudié dans son pays les préoccupations des femmes en matière de santé et qui est basé à Washington où elle est chef de programme auprès du PATH (Program for Appropriate Technology in Health). "Il est intéressant de noter que ces diverses interdictions imposées par la religion se calquent probablement sur d'anciennes pratiques culturelles visant à protéger les femmes et à alléger leur fardeau durant leurs règles."

Dans la majorité des régions étudiées par l'OMS, la plupart des femmes sont heureuses d'avoir leurs règles. La menstruation atteste en effet leur jeunesse, leur féminité et leur fécondité. Elle peut aussi soulager celle qui craignait d'être enceinte. Les règles sont par ailleurs souvent interprétées comme un indicateur de bonne santé, même s'il s'agit là d'une fausse idée : l'absence des règles inquiète alors bien des femmes, qui s'imaginent à tort qu'elles vont souffrir d'un cancer, d'un trouble cardiaque, de problèmes de vision ou d'une maladie mentale. Une étude sur l'acceptabilité et l'utilisation des méthodes contraceptives conduite dans cinq groupes ethniques différents (Bahamiens, Cubains, Haïtiens, Portoricains et Noirs Américains) a également montré qu'un saignement menstruel régulier est le plus souvent considéré comme nécessaire à une bonne santé.3

L'analyse des réponses des participantes à l'étude de l'OMS montre de nettes tendances quant aux modifications dans les saignements menstruels considérées comme admissibles par les femmes. Par exemple, la grande majorité ne souhaite pas de perturbations de leur cycle, mais si de tels troubles doivent survenir, les femmes interrogées tendent à préférer une diminution des saignements plutôt que l'inverse. 

Troubles menstruels habituels avec les méthodes contraceptives

 

Méthode Troubles de la menstruation
Implants Norplant

 

Augmentation du nombre de jours de saignements légers ou de petits saignements (spotting) et de saignements irréguliers.
Contraceptifs injectables

 

Injectables aux progestatifs-seuls (DMPA, NET-EN) : saignements irréguliers et prolongés et/ou petits saignements pendant les trois à six premiers mois, suivis plus tard d'une aménorrhée.

Injectables combinés (Cyclofem, Mesigyna) : règles régulières chez la plupart des femmes, mais saignements fréquents, irréguliers ou prolongés sont possibles dans certains cas.

Contraceptifs oraux

 

Pilules progestatives : nombre accru de jours de saignements légers ou irréguliers ; aménorrhée.

Contraceptifs oraux combinés : nombre réduit des jours de saignements et diminution du flux menstruel ; petits saignements ; aménorrhée.

DIU

 

DIU au cuivre : accroissement du flux menstruel de 30 à 50 pour cent.

DIU au lévonorgestrel : diminution nette du flux menstruel ; aménorrhée.

Stérilisation

 

Etude des troubles à approfondir. Il semble que ceux constatés chez certaines femmes soient en fait la conséquence de l'abandon simultané d'une autre méthode contraceptive.

 

Méthodes hormonales

Les contraceptifs hormonaux provoquent des perturbations menstruelles chez la majorité des utilisatrices. C'est notamment le cas avec les progestatifs-seuls à longue durée d'action comme le Norplant ou encore avec les injectables comme l'acétate de médroxyprogestérone-dépôt (DMPA) et l'énanthate de noréthistérone (NET-EN), qui offrent une protection contraceptive respectivement de trois mois et de deux mois. Si le nombre de jours de saignement abondant n'est que rarement augmenté par les progestatifs-seuls, ces derniers tendent cependant à prolonger la période de petits saignements (spotting), l'irrégularité des saignements et, surtout avec les injectables, l'aménorrhée.

Chez la majorité des utilisatrices du Norplant à six capsules, ces perturbations menstruelles surviennent au cours de la première année. Au fil du temps pourtant, les effets secondaires tendent à s'amenuiser. Chez les utilisatrices du Norplant-II (système d'implants à deux bâtonnets), les troubles sont également fréquents durant les douze premiers mois : le suivi d'un groupe de plus de 1.000 femmes indiennes utilisant ce contraceptif a ainsi montré qu'ils peuvent survenir dans 75 pour cent des cas, surtout sous la forme de "saignements peu fréquents" ou de "saignements fréquents/prolongés". Ces effets secondaires se sont ensuite estompés et ils semblent n'avoir persisté que chez un tiers environ des 100 femmes encore suivies après cinq ans.5

Fait intéressant, les taux d'abandon du Norplant chez les femmes souffrant de troubles menstruels sont relativement faibles. L'enquête réalisée en Inde a ainsi montré que si 75 pour cent des utilisatrices du Norplant-II ont connu de tels problèmes durant la première année, seulement 8 pour cent ont abandonné la méthode pour cette raison. L'examen des résultats de plusieurs études révèle également que les taux d'abandon pour troubles menstruels varient entre 4 et 31 pour cent sur cinq ans.7 Et dans le cadre d'essais cliniques conduits par FHI dans 11 pays, le taux d'abandon pour cause de troubles menstruels a atteint environ 16 pour cent à cinq ans.8

 

Mais les taux relativement faibles d'abandon du Norplant ne reflètent cependant pas toujours le degré de satisfaction des utilisatrices. Une enquête conduite au Sénégal a montré que de nombreux prestataires de santé s'efforcent de convaincre les femmes de conserver leurs implants,9sans doute parce que la méthode est relativement coûteuse. "La plupart des femmes dont la demande de retrait s'est heurtée à une résistance ont réagi en fait dès l'apparition des premiers troubles menstruels. Mais les prestataires n'ont semble-t-il pas jugé ces problèmes suffisamment graves pour justifier une intervention immédiate", commente Mme Elizabeth Tolley, de FHI et l'un des principaux auteurs de cette étude.

  Il semblerait également que ces effets secondaires soient mieux tolérés si les partenaires masculins participent effectivement aux décisions prises en planification familiale.
  De plus, les prestataires pourraient souligner à juste titre les avantages de certains changements induits par les contraceptifs. C'est le cas par exemple de l'aménorrhée, qui est habituellement un signe de grossesse et qui peut rendre la femme anxieuse, mais qui doit être interprétée positivement chez les femmes utilisant une méthode hormonale, car elle est en fait la conséquence d'une bonne protection contraceptive.
Une étude des caractéristiques menstruelles de 234 femmes employant le Norplant a montré qu'après une année d'utilisation les participantes présentant des cycles réguliers étaient aussi celles les plus exposées à un échec de la méthode contraceptive. A cinq ans, le taux de grossesses non désirées était en effet de 17 pour cent dans ce groupe contre seulement 4 pour cent chez celles ayant des cycles irréguliers et 0 pour cent chez les femmes aménorrhéiques.
12


Injectables aux progestatifs-seuls

Chez la plupart des femmes utilisant un contraceptif injectable aux progestatifs-seuls, on note, pendant la première année, des menstrues plus longues ou plus irrégulières, ou bien de l'aménorrhée. Entre les trois et six premiers mois, ces contraceptifs provoquent en effet des saignements irréguliers et prolongés. Les pertes menstruelles tendent ensuite à disparaître et les deux tiers environ des utilisatrices du DMPA deviennent aménorrhéiques avant la fin de la seconde année. Le NET-EN provoque cependant moins de troubles menstruels que le DMPA, et l'aménorrhée est aussi moins fréquente avec cet injectable.13
Les perturbations menstruelles liées au DMPA provoquent quelque 25 pour cent d'abandons de la méthode au cours des douze premiers mois. Mais, selon les résultats d'une étude de l'OMS, ce taux à un an peut varier considérablement d'un pays à l'autre, de 3,5 pour cent à la Jamaïque à presque 59 pour cent en Yougoslavie.14 De tels écarts peuvent s'expliquer en partie par des différences culturelles favorisant ou condamnant l'acceptation des troubles menstruels. Mais ils résultent aussi de différences biologiques comme l'attestent plusieurs études sur ces injectables. Ainsi les femmes thaïlandaises absorbent-elles et éliminent-elles plus rapidement le DMPA que les femmes mexicaines.15 Et au Vietnam, chez les utilisatrices du DMPA, la fréquence des cycles réguliers est deux à trois fois supérieure à celle d'autres groupes ethniques, une différence sans doute d'origine métabolique.16

       Par ailleurs, la qualité du counseling a une influence importante sur les taux de continuation des utilisatrices du DMPA. Ce rôle a été démontré par une étude conduite auprès de 400 femmes chinoises. La moitié de ces femmes a bénéficié d'un counseling de qualité avant et durant l'emploi de la méthode, tandis que l'autre moitié n'a reçu qu'une aide superficielle. 

Au terme de la première année, les participantes du premier groupe, malgré des troubles menstruels apparemment plus fréquents (40 pour cent contre 26 pour cent), ne présentaient qu'un taux d'abandon de 11 pour cent contre 42 pour cent pour le second groupe.17
Et une enquête menée récemment au Vietnam avec quelques 600 participantes aménorrhéiques utilisant le DMPA a aussi montré l'importance du counseling sur le taux de continuation de la méthode.18 "Les femmes qui tendent à poursuivre la méthode sont aussi celles qui disent recevoir les meilleurs conseils de la part non seulement des prestataires, mais aussi d'autres utilisatrices satisfaites ou encore de leur famille ou de leur mari", dit le docteur Maxine Whittaker, médecin australien et conseiller technique dans le cadre de cette étude financée en partie par l'OMS.
 

Injectables mensuels

Avec les injectables mensuels associant oestrogène et progestatif, le cycle menstruel devient plus régulier. Après plusieurs mois d'utilisation, la plupart des femmes sont bien réglées et les saignements surviennent ainsi une fois par mois de manière prévisible.

Durant les trois premiers mois, des saignements sporadiques se manifestent chez environ la moitié des utilisatrices de ces injectables combinés. Mais à un an, moins d'un tiers des femmes utilisant le Cyclofem (25 mg de DMPA associés à 5 mg de cypionate d'stradiol) ou le Mesigyna (50 mg de NET-EN combinés à 5 mg de valérate d'stradiol) se plaignent de tels saignements.19

Une étude de l'OMS dans le cadre duquel le Cyclofem a été introduit dans les programmes de planification familiale en Indonésie, à la Jamaïque, au Mexique, en Thaïlande et en Tunisie a permis de relever les taux de continuation d'environ 8.000 participantes. A un an, le taux d'abandon pour troubles menstruels se situait entre 3 pour cent en Indonésie et 40 pour cent en Tunisie.20 Il est possible que des différences culturelles expliquent de telles variations.


 

Contraceptifs oraux

Comme les autres méthodes aux progestatifs-seuls, les pilules progestatives (PP ou micropilules) provoquent habituellement une irrégularité des règles ou une augmentation de la durée des saignements légers. Elles peuvent aussi entraîner une aménorrhée.

Les contraceptifs oraux combinés (COC) sont quant à eux d'un emploi bien plus généralisé que celui des pilules progestatives (PP). Ils réduisent habituellement le nombre de jours et le volume des saignements. La diminution du flux menstruel peut ainsi atteindre 60 pour cent ou plus. Il arrive cependant que la disparition occasionnelle des règles et la survenue de saignements très légers, de petits saignements (spotting) ou de saignements intermenstruels soient mal tolérées par la femme. L'aménorrhée est aussi un effet secondaire possible, notamment chez les utilisatrices de pilules faiblement dosées en oestrogène.
 

DIU

Les femmes utilisant un dispositif intra-utérin (DIU) se plaignent souvent de douleurs et de saignements menstruels plus abondants. Selon certaines études, la fréquence de ces effets secondaires pourrait atteindre jusqu'à 80 pour cent. Avec les DIU au cuivre, le flux menstruel n'est que moyennement augmenté (30 à 50 pour cent par rapport aux menstruations observées chez les femmes ne recourant pas aux méthodes contraceptives modernes). Les études réalisées par FHI dans 23 pays en développement indiquent cependant que les perturbations induites par les DIU au cuivre tendent à diminuer après les premiers mois d'utilisation.21

Selon le docteur Patrick Rowe, médecin chargé de recherche sur les DIU auprès de l'OMS à Genève, il est difficile de déterminer pour chaque type de dispositif intra-utérin les taux d'abandon pour cause d'une augmentation du flux menstruel. "Même pour un type de DIU donné", dit-il, "on note des écarts importants des taux d'un centre ou d'une étude à l'autre." Les problèmes de saignement (pertes abondantes, prolongées ou irrégulières) demeurent pourtant le principal motif de retrait du DIU : le taux d'abandon à un an se situerait entre 7 et 15 pour cent.

 

Les DIU libérant une hormone réduisent par contre fortement le flux menstruel. Le Progestasert, qui libère de la progestérone, une hormone naturelle, est un dispositif de coût élevé, de distribution restreinte et d'autorisation d'emploi limitée à un an aux Etats-Unis.
Dans plusieurs pays européens et asiatiques, les femmes peuvent utiliser des DIU au lévonorgestrel (appelés DIU au LNg). Avec ces dispositifs, le nombre de jours de saignement et de petits saignements (spotting) est nettement réduit par rapport à celui observé chez les femmes n'utilisant pas la méthode. Il n'est pas rare que leurs utilisatrices deviennent aménorrhéiques.

Une série d'études multicentriques coordonnées par l'OMS a permis de suivre plus de 3.000 femmes utilisatrices de DIU. Elle a révélé que les taux de retrait pour cause de douleurs et/ou de saignements ou pour cause d'aménorrhée sont à un an nettement plus élevés avec le DIU au LNg qu'avec le DIU au cuivre TCu-380A.22 A trois ans pourtant, cette différence tendrait à s'atténuer, sauf chez les femmes aménorrhéiques : les taux de retrait pour cause de douleurs et/ou de saignements étaient alors de 17 pour cent avec le DIU au LNg et de 11 pour cent avec le DIU TCu-380A, mais respectivement de 27 pour cent et de 0,2 pour cent pour cause d'aménorrhée.23
"Ce travail de l'OMS a montré que, malgré un counseling visant à rassurer les femmes à propos de la disparition de leurs règles, un phénomène qui n'est pas un signe de grossesse, les taux de retrait du DIU au LNg pour cause d'aménorrhée n'ont pas pu être améliorés", commente le docteur Rowe. En règle générale, il est toujours recommandé aux prestataires de souligner aux utilisatrices potentielles du DIU au LNg que l'aménorrhée n'est pas une maladie. L'absence des règles est au contraire un indicateur de l'action du lévonorgestrel sur la muqueuse utérine.

De plus, l'absence de saignements peut être un avantage au plan médical. La réduction des pertes sanguines permet de préserver les réserves en fer dans le corps des femmes et c'est là un effet important chez celles qui souffrent d'anémie. Dans plusieurs pays, les DIU au LNg sont d'un emploi autorisé non seulement en contraception, mais aussi pour le traitement des règles trop abondantes. Dans certains cas, ces dispositifs peuvent se substituer à une intervention chirurgicale.24 L'aménorrhée est aussi parfois souhaitée par des femmes qui, malgré un flux menstruel normal, considèrent la disparition des règles plus pratique et plus confortable.


Stérilisation

Les troubles menstruels liés à une stérilisation ont notamment pu être étudiés dans le cadre du travail mené au Brésil au Centro de Pesquisas e Controle das Doenças Materno-Infantis de Campinas (CEMICAMP) avec le soutien de FHI. Les 236 participantes à cette étude étaient âgées de 30 à 49 ans et avaient été stérilisées depuis au moins cinq ans. Les troubles du cycle venaient au premier rang des effets physiques attribués à l'intervention chirurgicale. Une augmentation du flux menstruel a ainsi été citée par plus d'un tiers de ces femmes stérilisées.25 Les résultats d'autres chercheurs indiquent aussi que la stérilisation féminine peut s'accompagner de règles douloureuses, de saignements abondants ou de petits saignements (spotting), et de perturbations de la durée comme de la régularité du cycle menstruel.

  Mais, comme le montrent certains travaux de recherche, les troubles menstruels observés après une stérilisation peuvent en fait résulter de l'abandon d'une méthode contraceptive rendue inutile par l'intervention. Les utilisatrices d'un contraceptif hormonal oral jusque-là habituées à des règles légères noteront ainsi des saignements plus abondants. A l'inverse, les femmes qui employaient un DIU verront souvent leur flux menstruel diminuer après le retrait d'un dispositif qui tend à provoquer des pertes plus importantes.26 Ces modifications de la menstruation ne sont donc probablement pas la conséquence de la stérilisation, mais plutôt de l'abandon de la méthode contraceptive préalablement utilisée.

Les conséquences possibles de la stérilisation sur la menstruation méritent d'être étudiées plus à fond. Mais l'examen des résultats de 200 travaux de recherche bien conçus portant sur les effets menstruels et hormonaux de la ligature des trompes montre que, chez les femmes subissant l'intervention après l'âge de 30 ans, les risques de perturbations, de règles douloureuses ou de détresse prémenstruelle ne sont pas accrus par l'intervention. Par contre, chez les femmes plus jeunes et présentant déjà des dérèglements menstruels préalablement à la stérilisation, ces risques semblent parfois plus élevés, bien qu'aucune modification hormonale majeure ne semble se manifester.27

/Kim Best

Notes

  1. Snowden R, Christian B, eds. Patterns and Perceptions of Menstruation, a World Health Organization International Collaborative Study in Egypt, India, Indonesia, Jamaica, Mexico, Pakistan, Philippines, Republic of Korea, United Kingdom and Yugoslavia. New York: Croom Helm, Long and Canberra and St. Martin's Press, 1983.
  2. Belsey EM. Regional and individual variation in bleeding patterns associated with steroid contraception. In Snow R, Hall PE, eds.Steroid Contraceptives and Women's Response: Regional Variability in Side Effects and Pharmacokinetics. (New York: Plenum Press, 1994)27-53.
  3. Scott CS. The relationship between beliefs about the menstrual cycle and choice of fertility regulating methods within five ethnic groups. Int J Gynaecol Obstet 1975;13(3):105-9.
  4. Dwiyanto A, Faturochman, Suratiyah K, et al. Family Planning, Family Welfare and Women's Activities in Indonesia, Final Report to the Women's Studies Project. Research Triangle Park, NC: Population Studies Center, Gadjah Mada University and Family Health International, 1997.
  5. Datey S, Gaur LN, Saxena BN. Vaginal bleeding patterns of women using different contraceptive methods (implants, injectables, IUDs, oral pills) -- an Indian experience. An ICMR Task Force Study.Contraception 1995;51(3):155-65.
  6. Biswas A, Leong WP, Ratnam SS, et al. Menstrual bleeding patterns in Norplant-2 implant users. Contraception 1996;54(2):91-95.
  7. Coukell AJ, Balfour JA. Levonorgestrel subdermal implants. A review of contraceptive efficacy and acceptability. Drugs1998;55(6):861-87.
  8. Dunson TR, Krueger SL, Amatya RN. Risk factors for discontinuation of Norplant implant use due to menstrual problems. Adv Contracept1996;12(3):201-12.
  9. Tolley E, Nare C. Women's experiences with Norplant removal in four clinics in Dakar. Unpublished paper. Family Health International, 1997.
  10. Tolley E, Théodore G, Carré-Théodore D, et al. Report of a study to evaluate the provision of Norplant by non-physicians, Pignon, Haiti. Unpublished paper. Family Health International and Comité de Bienfaisance de Pignon, 1996.
  11. Opara JU, Ernst FA, Gaskin H, et al. Factors associated with elective Norplant removal in black and white women. J Natl Med Assoc1997;89(4):237-40.
  12. Shoupe D, Mishell DR Jr, Bopp BL, et al. The significance of bleeding patterns in Norplant implant users. Obstet Gynecol 1991;77(2):256-60.
  13. World Health Organization Task Force on Long-acting Agents for the Regulation of Fertility. Multinational comparative clinical trial of long-acting injectable contraceptives: norethisterone enanthate given in two dosage regimens and depot-medroxy-progesterone acetate. Contraception 1983;28(1):1-20.
  14. World Health Organization. A multicentred phase III comparative trial of depot-medroxypro-gesterone acetate given three-monthly at doses of 100 mg or 150 mg: 1. Contraceptive efficacy and side effects. Contraception 1986;34(3):223-35.
  15. Garza-Flores J, Guo-wei S, Hall PE. Population and delivery systems: variability in pharmacokinetics of long-acting injectable contraceptives. In Snow R, Hall PE, eds. Steroid Contraceptives and Women's Response: Regional Variability in Side Effects and Pharmacokinetics. (New York: Plenum Press, 1994)69-83.
  16. Cuong DT, My Huong NT. Comparative phase III clinical trial of two injectable contraceptive preparations, depot-medroxyprogesterone acetate and Cyclofem, in Vietnamese Women. Contraception1996;54(3):169-79.
  17. Lei Z, Wu S, Garceau RJ. Effect of pretreatment counseling on discontinuation rates in women given depo-medroxyprogesterone acetate for contraception. Chung Hua Fu Chan Ko Tsa Chih1997;32(6):350-53.
  18. Thom NT, Anh PT, Larson A, et al. Introductory study of DMPA in Vietnam -- an opportunity to strengthen quality of care in family planning service delivery. Presentation at Lessons Learned Workshop, Hanoi, October 12, 1998.
  19. World Health Organization. Facts about once-a-month injectable contraceptives: memorandum from a WHO meeting. Bull WHO1993;71(6): 677-89.
  20. Hall P. Task Force on Research on Introduction and Transfer of Technologies for Fertility Regulation, Special Programme of Research, Development and Research Training in Human Reproduction, World Health Organization. The introduction of Cyclofem into national family planning programmes: experience from studies in Indonesia, Jamaica, Mexico, Thailand and Tunisia.Contraception 1994;49(5):489-507.
  21. Rivera R, Farr G, Chi I-c. The Copper IUD: Safe and Effective. The International Experience of Family Health International. Research Triangle Park, NC: Family Health International, 1992.
  22. Rowe PJ. Research on intrauterine devices. In Van Look PFA, ed.Annual Technical Report 1995. (Geneva: World Health Organization, 1996)140-41.
  23. D'Arcangues C, Griffin PD, von Hertzen H, et al. Technology development and assessment. In Van Look PFA, ed. Annual Technical Report 1997. (Geneva: World Health Organization, 1998)79.
  24. Luukkainen T, Toivonen J. Levonorgestrel-releasing IUD as a method of contraception with therapeutic properties. Contraception1995;52(5):269-76.
  25. Osis MJM, de Souza MH, Bento SF, et al. Estudo Comparativo Sobre as Consequencias da Laqueadura na Vida das Mulheres. Research Triangle Park, NC: CEMICAMP and Family Health International, 1998.
  26. Chamberlain G, Foulkes J. Long-term effects of laparoscopic sterilization on menstruation. South Med J 1976;69:1474-75.
  27. Gentile GP, Kaufman SC, Helbig DW. Is there any evidence for a post-tubal sterilization syndrome? Fertil Steril 1998;69(2):179-86.

Prise en charge des troubles menstruels

Une fois écartée l'hypothèse d'une pathologie gynécologique, une femme souffrant de saignements induits par un contraceptif doit d'abord recevoir un counseling. Il faut alors la rassurer et lui expliquer que de tels troubles n'ont rien d'anormal. Elle pourra aussi éventuellement bénéficier des thérapeutiques suivantes :
  • On peut avoir recours aux contraceptifs oraux combinés (COC) pour traiter les saignements provoqués par les progestatifs-seuls. La prise quotidienne, 20 jours d'affilée, d'une pilule dosée à 50 µg d'éthynilstradiol et à 250 µg de lévonorgestrel permet de diminuer de manière significative les saignements chez les utilisatrices du Norplant.1
  • Ces troubles peuvent aussi être traités avec un oestrogène : il est possible de contrôler les saignements utérins induits par le Norplant avec une prise quotidienne de 50 µg d'éthynilstradiol pendant la même période de 20 jours, mais ces pilules sont nettement moins efficaces que les COC.2
  • Par ailleurs, certains anti-inflammatoires non stéroïdiens, comme l'ibuprofène, permettent de réduire l'abondance des flux menstruels liée aux dispositifs intra-utérins (DIU).

Mais cette prise en charge des troubles menstruels est aussi discutable, notamment quand on fait appel aux contraceptifs oraux (COC ou oestrogène) chez les femmes utilisant déjà une méthode hormonale.

Pour Judy Norsigian, directrice de programme au Boston Women's Health Book Collective et membre du comité consultatif de FHI sur la recherche contraceptive : "Ce n'est pas toujours une bonne idée de jouer à la roulette hormonale. Offrir autre chose en antidote pour les saignements n'est par nécessairement convenable. Il est préférable de lui offrir une autre méthode."

Et pour le docteur Carlos Petta, attaché à l'université brésilienne de Campinas et expert en contraceptifs injectables : "Comme ces saignements ne présentent habituellement pas de risque pour la santé, la meilleure approche consiste peut-être à simplement attendre que le cycle menstruel se régularise. Mais si cette approche est impossible, il faut alors certainement proposer une autre méthode."


Notes

  1. Alvarez-Sánchez F, Brache V, Thevenin F, et al. Hormonal treatment for bleeding irregularities in Norplant implant users.Am J Obstet Gynecol 1996;174(3):919-22.
  2. Alvarez-Sánchez; Díaz S, Croxatto HB, Pavez M, et al. Clinical assessment of treatments for prolonged bleeding in users of Norplant implants. Contraception 1990;42(1):97-109.

illus : Van Dongen
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/f4/Coquelicot_fleur.jpg/590px-Coquelicot_fleur.jpg, http://img53.imageshack.us/img53/7817/coquelicot33eu6.png,
http://psilveira.romandie.com, http://pourpre.com/chroma/photos/coquelicot.jpg 

Partager cette page

Repost 0