Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Sang des Femmes
  • Le Sang des Femmes
  • : BIENVENUE dans ce blog, qui fait suite à un cycle radiophonique menstruel consacré aux mentruations. Emission "Les Petits Papiers", sur les ondes de Canal Sud Radio 92.2FM à Toulouse. Proposé par Fatima Guevara, Isabel S., S. Bockel & Or-Or.
  • Contact

NEW : Le SANG des FEMMES II

:::::: NEW :::::: Pour continuer de vous instruire sur les menstruations voici la suite de ce blog

sur "Le SANG des FEMMES II", et l'adresse la voilà : http://lesangdesfemmes2.blogspot.com

:::::: NEW :::::: avec les rubriques habituelles et l'actualité des menstruations : le marketing des menstruations, les innovations ...

/ / /


                                                                                                                                                                                        

O
N VOUS BASSINE AVEC
LA C
OUP
E
undefined MENSTRUELLE ???
Et ben tant mieux !! Le challenge, c'est trouver sa cup à Toulouse : il faut compter 30 euros et on n'a pas le choix entre les marques. Il faut téléphoner aux boutiques avant de vous déplacer car c'est pas gagné. J'ai, nous, avons déjà demandé aux commerçantes mais il n'y a toujours pas de cups dans les rayons ni des magasins bio ni dans les para-pharmas ou dans les pharmacies d'ailleurs. BREF. On nous a fourgué des tampons indus en rayonne et dioxine pendant des années, sans alternative possible.
    Et maintenant on a une chance sur deux que les commerçant-es bio perpétuent la tradition en privilégiant leurs contrats avec les distributeurs ... de tampons hygiéniques bio, des serviettes bio, consommables jetables que nous voudrions bien éviter de balancer dans la nature, qu'ils soient bio ou pas.

    UNE FOIS DE PLUS l'argent se fait sur la santé des femmes et sur l'environnement, les femmes n'ont pas forcément connaissance des cups (comment l'être quand personne n'en parle) et cela n'est pas distrib dans les supermarket, là où vont la majorité des femmes pour faire les courses de semaine (that's the trou). Mais non, ça ne dérangera pas l'industrie de nous délabrer par tous les moyens, faut se le dire, il y a par là des gens qui ne nous veulent pas que du bien ...
texte par 0r0r/2008

undefined

Guide technique pratique des coupes menstruelles
Ecrit par Cerise, Miette, krollyoli & Sortirdelhiver

Source :  http://www.amicale-oplf.info mis en ligne le 29/10/06


Etat des lieux

    Alternative aux tampons et serviettes hygiéniques jetables : un véritable engagement écologique

    Faire le choix d’une alternative au jetable n’offre pas que les avantages d’une plus grande autonomie et d’une économie d’argent, c’est aussi un réel engagement à moins polluer dans son quotidien. Le calcul n’est pas très compliqué…. Nous sommes, uniquement en France, environ 16 millions de femmes en âge d’avoir nos règles (entre 15 et 49 ans : données de 1999. Considérant l’utilisation de 3 tampons ou 3 serviettes jetables pendant 4 jours tous les mois, cela représente 144 jetables pour une seule femme sur une année, en le multipliant par le nombre de femmes françaises nous arrivons à la somme COLOSSALE de : 2 304 000 000 tampons et serviettes jetées en une seule année dans un seul pays.

Fatti_Fat_Fat_Fatti_by_runeechan.jpg    Les infos recueillies dans cette fiche sont issues des expériences d’utilisatrices de coupe menstruelle (des forums OPLF, ONCT et écobio). N’oubliez pas de lire la notice jointe à votre coupe. Ici vous trouverez tous les détails pratiques et des réactions bien légitimes quand on découvre la « chose » et surtout lorsque cela est encore très peu connu du grand public. C’est aussi l’origine et le but de ce wiki : faire connaître des astuces et techniques bien pratiques pour la vie de tous les jours avec une synthèse des retours d’expériences bien concrètes. Rassurez-vous, nous étions pour la plus part aussi interloquées par cette chose, et c’est en lisant les témoignages des premières à se jeter à l’eau que nous n’avons pas hésité plus longtemps à essayer une coupe menstruelle, et cela sans regret et sans imaginer un retour en arrière !
    Voilà, l’état des lieux étant fait, nous sommes 4 bouts de bonnes femmes à avoir eu envie de faire un article sur les coupes menstruelles, que nous utilisons et dont nous sommes satisfaites afin que vous puissiez vous aussi vous y coller en ayant un guide qui se veut plutôt exhaustif. Il existe d’autres alternatives telles que les éponges, ou les serviettes lavables, dont nous ne traiterons pas ici.
illus inspirée d'un dessin de runeechan / deviant-art


Qu’est-ce que la coupe menstruelle ?

    La coupe menstruelle se présente sous la forme d’une coupelle (en caoutchouc naturel ou en silicone) qu’on introduit dans le vagin et qui recueille le flux menstruel. Elle s’utilise en interne comme un tampon à la différence qu’elle se vide et se réutilise, ne laissant aucun déchet polluant. La coupe menstruelle est simple d’utilisation et confortable. Vous l’oublierez complètement (encore plus qu’un tampon), pas ou peu de problèmes de fuites ou d’odeurs et ce n’est pas jetable. Vous la videz, la nettoyez sous l’eau et la réinsérez.

La coupe se présente et s’utilise comme un diaphragme contraceptif.

undefinedundefinedundefinedundefinedundefinedundefinedundefined

Historique

    Vous pensiez sans doute que les «mooncup» ou autre «divacup», «keeper» (marques déposées) étaient des inventions récentes: eh bien non, il faut remonter aux années… 1930, voire même bien avant, à la fin du XIXeme siècle, où l’on trouve déjà des «ancêtres» de coupes menstruelles, mais plutôt tarabiscotées.

    La première coupe menstruelle telle que nous la connaissons serait due à Leona W.Chalmers, qui la breveta vers…1937*. Elle fut ensuite commercialisée sous le nom de «Tassette menstrual cup». Jusqu’alors, il faut dire que c’était le règne des protections en tissu ! On a du mal à imaginer que les années 30 aient pu voir la naissance de deux innovations majeures en matière de protections périodiques : le tampon, qui a depuis connu le succès que l’on sait (les premiers « tampax » avec applicateur datent de 1936) et la coupe menstruelle qui, elle, a eu beaucoup plus de mal à «décoller»…

    En fait, cette invention, associée à une éducation sexuelle et hygiénique, voulait avant tout rendre les femmes plus autonomes et responsables face à leurs désagréments menstruels, avec en plus un souci d’économie : une coupe réutilisable - une fois qu’on a quand même un peu surmonté les blocages de l’éducation - et hop, c’est quasi la libération de la femme!

*on a retrouvé un autre modèle, la « Daintette » qui serait peut-être antérieur à la « Tassette » c’est la Dainty Maid, Inc., company of Middlefield, Connecticut (U.S.A.), qui la commercialisait. Cf. mum.org

    Leona W. Chalmers, qui fut actrice et chanteuse dans sa jeunesse, prit très tôt conscience de la nécessité d’améliorer les méthodes d’hygiène intime féminine. A la naissance de sa fille, elle abandonna les planches pour se consacrer, avec le soutien de gynécologues reconnus, à la conception de produits d’hygiène intime plus sûrs, plus propres et plus confortables pour les femmes.  


 
winter07_menstruation.jpg
    Quant à l’idée de la coupe menstruelle…

    Les harnachements constitués par les protections hygiéniques en tissu de l’époque étaient sans doute plus facilement camouflables sous des robes longues et moult jupons d’avant la Grande Guerre, mais difficilement compatibles avec les jolies robes fluides des années 30, alors comment faisait-on ces jours-là ?? Encore moins facile pour une actrice…
    Il faut rendre hommage à cette femme qui a voulu améliorer un domaine où les femmes devaient «faire-avec», en leur proposant un objet qui leur donnait, moyennant quelques gestes et des résidus (ou des montagnes!) d’éducation à surmonter, une autonomie et un confort qu’hélas pour l’environnement allaient leur apporter aussi les tampons et autres serviettes jetables… Mais revenons aux débuts de la commercialisation de la coupe «Tassette»:

    Ce ne fut pas sans mal car, à cause de la pénurie du caoutchouc, la firme Tassette Inc dut rapidement cesser son activité, et il fallut attendre 1957 pour que Leona W. Chalmers en association avec Robert Oreck, se lance dans une seconde tentative de vente de la «Tassette», à grande échelle cette fois, avec une nouvelle version, plus «soft» de la coupe.  Malheureusement, cela n’obtint pas les succès escomptés, et la firme fit faillite au début des années 60.

    On n’en apprendra pas plus sur l’histoire de Leona W. Chalmers… mais celle de la coupe continue un peu plus tard avec l’apparition aux USA du «keeper» en… 1987. En caoutchouc naturel, il est toujours commercialisé de nos jours. Depuis début 2000, sont apparues les coupes en silicones dont deux firmes se partagent le marché : la «Mooncup» anglaise et la canadienne «divacup».

    Contrairement à ces dernières qui, en plus des qualités de leurs modèles, mettent en avant la protection de l’environnement, il est à noter qu’il existe aussi (invention américaine) une coupe jetable, «Instead» qui ressemble à un préservatif et ne semble pas du tout recyclable, quel intérêt ??

    L’histoire des coupes menstruelles est vaste et passionnante, et le site d’où proviennent ces informations http://www.mum.org/ est une véritable mine d’or de documents, dont certains rarissimes et vraiment étonnants !

Entretien
  Après réception de leur coupe menstruelle et avant la première utilisation, certaines utilisatrices la laissent tremper dans du vinaigre (de cidre de préférence) durant environ six heures. Mais cette étape est facultative.

    Par contre, l’étape incontournable est la stérilisation avant chaque première utilisation au début des règles. Il vous suffit de faire bouillir votre coupe pendant 5 à 10 minutes dans une casserole d’eau (attention à surveiller le niveau d’eau qui doit être suffisant pour éviter que la coupe ne fonde!).

  Ensuite: « On la nettoie comment, justement, faut pas la désinfecter à chaque fois qu’on la change ? Faut pas en avoir plusieurs, du coup ? » A chaque changement, un rinçage à l’eau, éventuellement additionnée de savon, suffit avant de réinsérer la coupe. Là-encore, certaines utilisent un bain dans du vinaigre blanc ou de cidre.

 

    A la fin des règles, certaines d’entre nous procèdent à une stérilisation avant de remettre dans sa pochette leur coupe, alors prête pour la prochaine utilisation.

    Remarque: il est déconseillé d’utiliser des huiles essentielles pour l’entretien (tea tree…). En effet, les HE peuvent provoquer des irritations ou autres désagréments et risqueraient de modifier le ph vaginal. En la matière, rien ne vaut l’eau, le savon ou le vinaigre et en plus, ce sont des produits simples, plutôt économiques et écologiques !


Mise en place

    Avant votre premier essai, stérilisez votre coupe menstruelle. Il vous faudra peut-être plusieurs essais de pose et de retrait pour vous familiariser avec votre coupe. Et passez votre coupe sous l’eau tiède, cela est plus agréable lors de l’insertion.

    La pose de la coupe pas à pas :

  • La position la plus pratique est de se mettre accroupie, de plier en deux la coupe, d’écarter vos lèvres avec votre autre main et d’y insérer la coupe tout en maintenant celle-ci pliée en deux le plus longtemps possible dans votre vagin et de la relâcher doucement.

        Avoir l’idée de viser le creux des reins permet une pose plus facile. Ne vous focalisez pas sur la taille de l’objet. C’est très souple. Le fait de la plier en deux permet l’insertion dans votre vagin, ensuite elle se dépliera à l’intérieur.     Une fois insérée, il est conseillé de la faire pivoter, tourner (un quart de tour) afin qu’elle soit bien dépliée. Cela vous permet de vérifier qu’elle fait bien ventouse. Après l’avoir introduite, il est prudent de passer un doigt autour pour vérifier qu’elle s’est bien dépliée.

  • Les premiers essais font parfois un peu mal, et il n’est pas toujours agréable et/ou facile de l’insérer ou de la retirer. D’autant plus que le stress et l’appréhension peuvent contracter les muscles plus qu’on ne s’y attend. Mais cela ne dure pas.
  • Les réactions des débutantes :« La première fois que j’ai essayé de la mettre, je n’ai même pas réussi à la rentrer ! J’étais peut-être contractée même si j’essayais d’être détendue » « Au début j ai eu du mal… A la rentrer, mais surtout à la sortir » colibri.64 « C’est pas évident à mettre et surtout à enlever. Mais cela fait seulement un cycle et j’en suis super contente. » « Donc une fois mis en place, je ne sentais plus rien au bout de 5mn, du moins pour les 2 ou 3 première insertions. Après, c’était immédiat. » Maryse
  • Lors du port de la coupe, il est normal de ressentir une gêne, celle-ci est alors due à la tige. Si cette gêne persiste après votre deuxième ou troisième insertion, alors coupez la moitié de la tige mais gardez toujours une partie de la tige.

    Le retrait

 

  • En général, c’est là où cela paraît plus compliqué :

    Mais c’est tout simplement dû à la fonction ventouse de la coupe. La coupe menstruelle doit son étanchéité au fait qu’elle fait ventouse. Donc n’essayez pas de tirer dessus pour la sortir, cela compliquerait les choses et la sensation serait très désagréable.

  • Et surtout : si vous avez du mal à l’enlever au début : ne stressez pas, ne vous énervez pas, ne prenez pas de fou rire : tout ça contracte les muscles et la fait remonter. Accroupissez-vous, détendez-vous  , inspirez quelques minutes pour vous décontracter, poussez (comme si vous faisiez caca, cela est inratable  !) et laissez- lui le temps de descendre, pour l’approcher de la vulve, avant d’essayer à nouveau de l’attraper.
  • Une fois descendue, vous attrapez la tige ou directement la base de la coupe que vous pincez de vos deux doigts (pouce et index), et c’est à ce moment là qu’il suffit de la déplacer légèrement sur le côté, un coup à droite puis un coup à gauche, pour que l’air puisse passer et de ce fait, annuler l’effet ventouse.

    Ensuite, il vous suffit de pousser un peu avec votre appareil génital, et de la tirer vers le bas pour la sortir en la gardant la plus droite possible pour ensuite pouvoir la vider.

  • Au début, il vous faudra un peu de temps pour l’enlever, pour certaines personnes, elle peut glisser des doigts, c’est pour cela qu’il est très important de pincer la base de la coupe.

    La tige ne sert pas pour le retrait en lui-même, elle sert uniquement au côté psychologique : « vais-je récupérer la coupe ? La tige sert à attraper la coupe avant de pouvoir en pincer la base. “ Enfin bref…c’est à ce moment là, en prenant l’habitude de saisir la cup à sa base, que j’ai cessé de sentir une gêne en la retirant.Clémentine

« une technique qui marche bien pour moi : glisser que le pouce, appuyer (pour chasser l’air) puis passer l’index et l’enlever ainsi avec les 2 doigts. »

  • Retour d’expérience:

    « J’ai failli en mettre partout parce que je pensais qu’elle s’était vidée en l’enlevant et que j’ai été un peu maladroite dans mes gestes  Et puis y a pas de risque quand on l’enlève au dessus des WC, si vous êtes maladroites dans vos gestes, ça tombera dans la cuvette… Au pire vous en aurez sur les doigts  Mais vous verrez que vous n’aurez pas besoin de le refaire après. Enfin je ne veux pas m’avancer non plus, hein. En peu de temps, sans problème, je l’ai enlevée sans forcément le faire au dessus des WC. C’est pas sorcier finalement, juste on est mal renseignées. »Didoune

  • Autres positions possibles :

    Vous pouvez aussi poser un pied sur le WC pour l’insertion et le retrait. Avec l’habitude, vous pourrez l’enlever en restant au-dessus des toilettes sans problèmes. Ou assise sur le WC contre la chasse pour avoir un peu de place pour “manœuvrer”.

Infos et conseils sur les premiers essais

    undefined
by hypnobear

    Ce dessin prouve qu'avec ou sans cup de toutes façons il peut y avoir des
gouttes de sang rebelles ... les culottes vont-elles finir par se syndiquer ??
   
      
Il vous sera plus facile de la mettre que de l’enlever.
  • Vous allez apprendre combien de temps vous pouvez la garder en fonction de votre flux.
  • Si vos règles ne sont pas trop abondantes, vous pouvez la placer (ou la vider) le matin, et la vider le soir en rentrant chez vous.

    Ainsi certaines personnes ne la changent que deux fois (le soir et le matin), d’autres encore deux fois en journée en plus, et d’autres personnes ayant un flux très important sont obligées de la vider toute les deux heures et/ou de compléter par une serviette hygiénique.

  • Utiliser une serviette dans les premiers temps si il y a des craintes sur des débordements possibles.
  • Il n’y a pas de comparaison avec un tampon « Rien à voir avec le retrait d’un tampon qui nous laisse en plus des fibres dans le vagin… » Amyris.
   undefinedundefinedundefinedundefinedundefined
fresh-paper.com
    Astuces

    Pour éviter de vous retrouver dans des situations gênantes où le stress peut monter très vite, voici quelques astuces recueillies sur plusieurs forums (ONCT, OPLF, éco-bio).
  • Faites des essais en dehors des règles (contrairement aux tampons, il n’y a aucun risque) et donc dès son acquisition, vous pouvez la tester. (N’oubliez pas de la stériliser avant la première utilisation).

    Mais ne vous découragez pas si ça semble très difficile, parce que forcément, pendant les règles ça glisse plus facilement.

  • Soyez le plus décontractée possible
  • Ne restez pas sur une mauvaise expérience. Les premières fois ne sont pas évidentes, mais vous arriverez à la mettre sans plus ou moins de problèmes.
  • Coupez la tige après deux ou trois essais mais surtout pas entièrement d’un seul coup, toujours en laisser un minimum.
  • Retour d’expérience:

    « Je la vide sous la douche » « A part que je m’interroge sur ce que ça peut donner dans le circuit d’eau, je me demande alors : “Mais euh elle la remet direct comme ça sous la douche, en la rinçant juste ??!!” » Oui, cela simplifie, un seul rinçage suffit avant de la remettre.

    Des Astuces quand vous n’êtes pas chez vous

  • des toilettes avec lavabo : vous êtes comme chez vous ou presque.
  • des toilettes avec lavabo public :

L’idéal c’est d’aller dans les toilettes pour personnes handicapées. Il y a toujours un lavabo! Encore faut-il qu’il y en ait et parfois il faut demander la clé.

  • Prévoir une petite bouteille d’eau avec soi pour le rinçage de la coupe (et des doigts…) avant de la réinsérer et de passer au lavabo .
  • Une autre solution c’est peut-être d’en avoir deux.

« A moins qu’elle n’aie fuit, vous pouvez enlever la coupe sans vous en mettre plein les doigts. Après, ça m’est arrivée d’en avoir sur les doigt, je m’essuyais les mains avec du papier toilette ou lavais avec ma bouteille, et dès que je sortais j’allais me laver les mains avec du savon. »

    Si vraiment vous pensez que vous n’y arriverez pas avec votre coupe menstruelle, voici des témoignages :

  1. « Je te dis, le seul truc qui peut être plus mal vécu, et qui peut faire que certaine ne puisse pas utiliser la mooncup (je pense à celles qui déjà ne peuvent pas mettre de tampons), c’est la mettre la première fois. Ca s’apprends vite au final, je ne pensais pas que ce serait si simple après, mais la première fois c’est un peu décourageant, on a vraiment pas l’habitude en tout cas. C’est du moins comme ça que je l’ai vécu ! »Didoune
  2. « Il faut l’essayer au moins pendant 3 cycles avant de se dire “ça ne marche pas”, c’est en tout cas le temps qu’il m’a fallut pour l’utiliser au mieux (c’est même marqué dans la notice…). A présent, j’aurais du mal à m’en passer, malgré les quelques difficultés techniques du début, c’est beaucoup plus zen, écologique et économique qu’avec mon paquet et demi de serviettes par mois. »
  3. « La première fois que j’ai essayé de la mettre, je n’ai même pas réussi à la rentrer  La troisième fois, je me suis dit qu’il fallait que je me détende et que je la tienne fermement pour la mettre bien en place avant de la lâcher. Et…ça a marché  Finalement, je me suis décidée, je me suis détendue, j’ai bien pincé le réservoir par le bas, je l’ai un peu bougée pour voir si l’effet ventouse était annulé par le pincement et je l’ai tirée tout doucement. Et là aussi ça a marché  La quatrième fois, c’était ce matin ! Et j’étais obligée de la mettre vu que j’ai eu mes règles. Heureusement que l’expérience précédente était positive. Je l’ai mise correctement du premier coup et quand j’ai voulu la retirer, c’est venu tout seul sans que je me fasse mal. Bilan de tout ça, il faut être détendue pour utiliser la moon et une fois qu’on l’utilise, c’est vraiment génial, aucune fuite, rien. » Lamare

undefinedsource flickr.com
::: FASHION ZONE ::: Osez l'assortiment situationniste ! Collants rose, sang rouge et culotte pourpre sauront
égayer la grisaille, par-contre, si vous habitez à Toulouse, gare au camaïeu total !
-avec débardeur académique vieux rose et blouson en cuir bordeaux- , on pourrait vous confondre avec un mur en briKeT
(et y'en a un képa, d'ailleurs on peut éventuellement assortir d'un petit vomi -dans les tons cramoisis- afin de parfaire le camouflage)

*^^*

Partager cette page

Repost 0