Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Sang des Femmes
  • Le Sang des Femmes
  • : BIENVENUE dans ce blog, qui fait suite à un cycle radiophonique menstruel consacré aux mentruations. Emission "Les Petits Papiers", sur les ondes de Canal Sud Radio 92.2FM à Toulouse. Proposé par Fatima Guevara, Isabel S., S. Bockel & Or-Or.
  • Contact

NEW : Le SANG des FEMMES II

:::::: NEW :::::: Pour continuer de vous instruire sur les menstruations voici la suite de ce blog

sur "Le SANG des FEMMES II", et l'adresse la voilà : http://lesangdesfemmes2.blogspot.com

:::::: NEW :::::: avec les rubriques habituelles et l'actualité des menstruations : le marketing des menstruations, les innovations ...

/ / /
I- Le symptôme de l'odeur de poisson pourri
II- Autres documents sonores en ligne sur les odeurs
III- Documents écrits liés aux odeurs

   Notre enquêtrice préférée, Isabel S, vient de pêcher de nouvelles infos
sur les odeurs, sujet dont il était question dans "la karchérisation des menstruations".
    En effet dans la lutte anti-corporalité (cf. M. Onfray "Les féeries anatomiques" et le concept d'anti-corps) qui fait actuellement rage, les odeurs sont les premières visées. Isabel a relevé un lien avec les menstruations et les odeurs les plus fortes qu'elles peuvent exceptionnellement produire chez les sujets atteintes du symptôme de l'odeur de poisson pourri, mais qui touche aussi certains hommes ..

Voici son communiqué :

    "Vous avez tous et toutes bien sûr écouté l'émission de france culture "sur
les docks" consacré aux odeurs corporelles... donc voici un supplément d'information relatif au symptôme de l'odeur de poisson en putréfaction. Les études canadiennes sont toujours aussi performantes, celle-ci a été réalisée par François Lessard et Marie-Christine Roy, Dpt de biochimie CHUM Hôpital Saint-Luc, Montréal, Canada.
On peut lire ici  le document complet :
http://www.sqbc.qc.ca/annales/2005/v42n1_40p09-14.pdf
La version présentée ici comporte des coupures.

1- LE SYMPTOME DE L'ODEUR DE POISSON POURRI
    Dans « La Tempête », William Shakespeare décrit l' un des personnages de sa pièce, Caliban, tenu à l’écart de la société à cause d’une odeur  corporelle particulièrement offensante. Il s'agit en fait d'un cas de "triméthylaminurie" ...

    La triméthylaminurie est un désordre métabolique caractérisé par l’excrétion dans l’urine, la sueur, la salive, les sécrétions vaginales et l’air expiré, de quantités anormales de triméthylamine dérivée de la diète.
    Cette amine tertiaire, de par son odeur caractéristique de poisson en état de putréfaction, est responsable du symptôme principal de cette maladie, une odeur particulièrement répugnante, d’où son surnom de « syndrome à odeur de poisson ».
    Autrefois mal connue, cette anomalie génétique mérite d’être expliquée, compte tenu de sa prévalence et de l’état d’ostracisme dont sont victimes les patients qui en sont atteints. Le présent article résume les progrès récents dans la compréhension de cette entité et aborde les diverses avenues thérapeutiques.

))) UN CAS CLINIQUE UN PEU PARTICULIER
    Il s’agit d’un jeune homme de 29 ans, fils unique, célibataire, sans emploi malgré une formation en technique de boucherie qui se présente à la clinique référé par la dermatologie. Les antécédents médicaux ne révèlent rien de particulier et la revue des systèmes est négative. Il ne fume pas, ne consomme ni médicament, ni drogue et ne souffre d’aucune allergie.
    À l’histoire de la maladie actuelle, ce jeune homme explique que, depuis son enfance, il est obsédé par l’odeur de poisson qu’il dégage, cette odeur étant exacerbée par l’effort ou la nervosité et persistant malgré une hygiène corporelle optimale.
    Depuis plus de 10 ans, il a consulté de nombreux médecins, sans succès. Il se dit ostracisé depuis sa petite enfance, rejeté et plus récemment déprimé. L’examen physique démontre un homme en bon état général avec un IMC à 30 et une TA élevée (150/100). Par ailleurs, on ne note rien de particulier si ce n’est qu’il dégage une odeur légèrement âcre à l’examen, odeur qui s’avère tenace bien après son départ de la salle d’examen.     Les examens de laboratoire de routine ne démontrent rien de particulier.

))) UN PEU D’HISTOIRE
    La plus ancienne description du syndrome à odeur de poisson remonte à un conte épique indien vieux de 3 000 ans,
le « Mahabharata », dans lequel on décrit une jeune femme condamnée à vivre en solitaire à cause de l’odeur de poisson pourri qu’elle dégage.
    Plus intéressante et plus près de notre culture est la description que William Shakespeare en fait dans
« La Tempête », avec un lyrisme propre à l’auteur :

"What have we here ? A man or a fish ? Dead or alive ?
A fish : he smells like a fish ; a very ancient and fish-like smell ;
a kind of not of the newest poor John".
The Tempest, Shakespeare.

"Qu'avons nous là ? Un homme ou un poisson ? Mort ou vif ?
Un poisson : il sent comme un poisson ; comme une odeur de poisson  très vieux ;
Une sorte de d'odeur qui n'est rien, à côté de la plus fraîche de celle de ce pauvre John."
(trad. Or-Or)
http://www.fao.org/docrep/field/37968306.gif

    En 1735, le mathématicien et médecin J. Arbuthnot dans son traité sur la nutrition et les aliments note :
« De par leur nature, les huiles de poissons affectent la sueur, plus particulièrement chez les individus se nourrissant exclusivement de ce type d’aliments ».

    C’est toutefois en 1948 que la première référence scientifique à ce syndrome apparaît. On la doit au chimiste Otto Eisenschiml, qui ayant travaillé à la formulation de produits cosmétiques, mentionne dans son autobiographie le cas d’une femme dont l’odeur corporelle était à ce point forte et morbide qu’en dépit d’une hygiène exemplaire, elle n’osait quitter son appartement et souffrait de mélancolie.

))) DÉFINITION
    Malgré le fait que ce syndrome existe depuis des siècles, ce n’est que récemment que la communauté scientifique s’y est intéressée. Ainsi, le premier cas clinique rapporté est attribué à Humbert et remonte aux années 1970.
    Il s’agit d’une jeune fille de 6 ans souffrant depuis son plus jeune âge d’infections pulmonaires multiples associées à diverses stigmates du syndrome de Turner et chez qui la mère note de façon intermittente une odeur caractéristique de poisson, d’où le lien avec la triméthylamine (TMA) connue pour dégager ce type d’odeur. Des analyses biochimiques suites à un test de surcharge à la TMA démontre l’augmentation dans les urines de la TMA non oxydée associée à l’exacerbation de l’odeur. Une biopsie hépatique chez cette patiente confirme la déficience en TMA oxydase.

    Depuis, d’autres cas ont été rapportés tant chez des adultes que chez des enfants mais, contrairement à cette première description, sans association obligatoire avec les syndromes de Turner ou de Noonan.
    En 1997, Dolphin et al. découvrent une des mutations responsables de ce syndrome. Il s’agit d’une mutation  affectant un gène situé sur le chromosome 1 (q23q25) et qui code pour le système enzymatique flavine
monooxygénase (FMO) lequel joue un rôle dans la détoxification des xénobiotiques.
    Depuis on connaît 16 mutations à ce gène. Des symptômes de triméthylaminurie ont aussi été observés chez une patiente affectée d’une délétion sur le chromosome

))) ÉPIDÉMIOLOGIE
    A l’origine perçu comme une curiosité, nous savons maintenant que le syndrome de triméthylaminurie est relativement répandu (5), avec toutefois des variations de pénétrance en fonction des populations.
    Ainsi, une étude dans une population d’origine jordanienne démontre que 9,7 % de ces sujets excrètent moins de 80 % de leur TMA sous forme oxydée. D’autres études dans d’autres populations montrent des chiffres semblables : 3,8 % chez une population équatorienne, 11 % chez une population de Nouvelle-Guinée, 3,85 % chez une population d’origine britannique.
    On évalue maintenant à 1 % de la population mondiale le nombre de porteurs d’une copie mutée du gène, ce qui donne une prévalence approximative d’homozygotes de 1 sur 10 000 comparativement à 1 sur 12 000 pour la phénylcétonurie. La transmission est autosomique récessive.
    La littérature recense 200 cas à travers le monde mais tous s’entendent pour dire que ces chiffres sous-estiment la fréquence car l’entité est peu connue et donc peu recherchée.
    Toutefois, il ne semble pas y avoir de distribution en fonction de l’âge, quoique l’on note une incidence plus élevée chez la femme.

 
Tableau 3
Classification.
• Acquis/infection virale
• Génétique
• Transitoire dans l’enfance
• Transitoire lors de périodes menstruelles                

• Surcharge des précurseurs de la TMA


))) CLASSIFICATION
    La classification la plus intéressante physiologiquement est celle proposée par Mitchell (Tableau 3). Illus : http://klabedon.com
La triméthylaminurie résulte soit d’une anomalie de fonctionnement du     système enzymatique responsable du métabolisme de la triméthylamine, soit d’un problème de surcharge de substrats.
    Dans le premier cas, ce serait secondaire à un problème génétique, hormonal ou à la présence d’un inhibiteur chimique alors que dans le second cas, on pense plutôt à un excès de précurseurs de TMA en provenance de la diète ou secondairement suite à des modifications de la flore intestinale.

    Mitchell propose donc une classification de ce syndrome en 5 types : génétique, acquis, transitoire de l’enfance,
transitoire lors de la période menstruelle et par surcharge de TMA.

    La forme génétique est probablement la mieux connue. Des progrès récents dans l’étude enzymologique des voies oxydatives de la TMA et des liens avec les enzymes de la famille des flavines monoamines oxygénases (FMO) ont permis de relier ce syndrome au système FMO3, famille d’enzymes surtout localisées, chez l’humain, dans le foie et responsables de l’oxydation de la triméthylamine.

    Parmi les nombreuses mutations connues à date, les cas les plus sévères de ce syndrome présentent surtout deux types de mutations : P153L et E305X. Symptomatiquement, les homozygotes se plaignent d’odeur persistante alors que les hétérozygotes (1 % de la population) développent l’odeur seulement dans certaines situations de stress ou lors d’ingestion d’aliments riches en TMA ou en choline.

    Dans la forme acquise, ce syndrome se retrouve chez des adultes sans antécédent de triméthylaminurie dans l’enfance ou dans l’histoire familiale. Dans trois cas décrits, on retrouve une histoire d’hépatite virale. L’auteur émet l’hypothèse d’une insertion probable de l’ADN viral dans le génome du patient, affectant l’expression normale du gène de la FMO3.     D’autres cas acquis ont été recensés dans la littérature, entre autres un cas de triméthylaminurie transitoire chez une fillette porteuse d’un shunt portal congénital intra-hépatique et un cas d’insuffisance rénale avec diminution de la clairance de la TMA associée à une modification de la flore intestinale (5).

    La forme transitoire du nouveau-né se retrouve chez les enfants en bas âge et est associée à l’immaturité du système FMO, lequel atteint sa pleine maturité à l’âge de 8 mois seulement. Ainsi lors de l’ingestion d’aliments riches en choline, ce système est vite saturé d’où l’odeur caractéristique de poisson chez ces enfants.

    Une autre forme transitoire, associée aux cycles menstruels, est la résultante de modulations hormonales de l’activité du système FMO qui se produisent pendant quelques jours lors des périodes menstruelles.

    Finalement lors d’excès de précurseurs de la TMA, il y a saturation des FMO et apparition transitoire de l’odeur. On retrouve ces situations lors d’ingestion excessive de choline et de leucine contenues dans les suppléments alimentaires et les diètes alternatives.

Tableau 4
Diagnostic différentiel.
• Hygiène déficiente
• Gingivites
• Infection urinaire
• Infection vaginale
• Maladies hépatiques
• Maladies rénales
• Maladies métaboliques rares

))) MANIFESTATIONS CLINIQUES
    La première manifestation clinique de ce syndrome, et la raison principale de consultation, est l’odeur fétide de poisson mort. Approximativement 7 % des sujets se plaignant de « mauvaises odeurs » souffrent du syndrome.     Habituellement le patient se plaint de mauvaises odeurs lors de stress, d’activité physique intense, d’émotions fortes ou simplement lors de déséquilibres hormonaux associés à la puberté, aux périodes menstruelles ou lors de la ménopause. Le même phénomène se produit chez certaines patientes lors de l’utilisation d’anovulants.
    La seconde manifestation clinique est d’ordre psychosocial. Chez l’adulte, une étude a démontré qu’il s’écoule un délai de 10 ans entre le début des symptômes et la première consultation, suivi d’un autre 10 ans avant qu’un diagnostic précis ne soit établi.
    Pendant tout ce temps ces patients sont confrontés à un diagnostic initial de manque d’hygiène corporelle ou de névrose obsessionnelle. Ces patients vivent des relations interpersonnelles difficiles, trouvent refuge dans l’alcoolisme, la drogue ou la cigarette (dans le but de masquer l’odeur). Ils ont des problèmes au travail et souffrent de dépression.     Plusieurs adoptent un rituel obsessif de lavage. Chez l’enfant, les problèmes d’ordre psychosocial se manifestent dès l’école suite aux remarques désobligeantes des pairs. Il s’en suit la perte d’estime de soi, le rejet par les pairs et l’exclusion sociale. L’isolement entraîne l’anxiété, la dépression et dans certains cas le suicide. On remarque toutefois que dans un certain nombre de cas le problème disparaît avec l’âge.
    À ces deux manifestations principales, on peut retrouver associée soit de l’hypertension artérielle ou de la tachycardie souvent après ingestion de nourriture contenant de la tyramine (fromage) car la FMO3 est aussi responsable du métabolisme de la tyramine. Des infections pulmonaires multiples, de la splénomégalie, de l’anémie, de la neutropénie et une incidence plus élevée de maladies cardiovasculaires peuvent aussi se retrouver en association avec la triméthylaminurie de même que les syndromes de Noonan, de Prader-Willi et de Turner.
    On a aussi décrit une association avec un syndrome convulsif répondant à une diète pauvre en protéines (5).

))) PATHOPHYSIOLOGIE
    La triméthylamine est dérivée de la dégradation, par les bactéries de l’intestin, de la choline et de la carnitine que l’on retrouve dans les oeufs, le foie, les rognons, les légumes (pois, fèves de soya) et les poissons d’eau salée.
    La TMA est par la suite oxydée au niveau du foie en oxyde de triméthylamine (composé inodore) et excrétée dans les urines. Dans la triméthylaminurie, une déficience en triméthylamine oxydase (FMO3) empêche la transformation de la TMA en son métabolite inodore, d’où l’excrétion de TMA dans la sueur, l’urine et autres sécrétions.
    On estime qu’un foie normal est capable d’oxyder jusqu’à 20 g de choline avant de parvenir à saturation. L’excrétion normale de la TMA est de 40 à 50 mg die dont 90 % sous forme oxydée.
    Fait intéressant, l’odorat humain est capable de détecter moins de 1 ppm de TMA (dont l’odeur est 100 fois supérieure à celle de la TMAO).
    D’un point de vue phylogénique, on croit que chez les poissons d’eau froide, la TMAO augmente la concentration osmotique, réduisant ainsi le point de congélation des liquides corporels.

Tableau 5
Aliments riches en choline à éviter.

• Poissons, les sous-produits faits avec le poisson,
les huiles de poisson.
• OEufs entiers et le jaune d’oeuf.
• Abats (foie, rognon, coeur, cervelle...); pâté de foie,
saucisses ou autres charcuteries faites à partir de foie.
• Fèves de soya, lait de soya, lécithine de soya (tofu).
• Germe de blé et le germe de riz (produits céréaliers
faits de blé entier, contenant du germe de blé ou
germe de riz).
• Levures et les extraits de levures.

))) APPROCHES THÉRAPEUTIQUES
    La première forme de traitement consiste en une intervention nutritionnelle (Tableau 5) : élimination du poisson, restriction alimentaire en aliments riches en choline, tout en satisfaisant au besoin de base en protéines de 1 g/kg/jour. Un support psychologique est indispensable pour encadrer les problèmes de nature comportementale.
    Le traitement médical consiste à favoriser l’utilisation d’un savon à pH acide entre 5,5 et 6,5 (8) favorisant ainsi l’oxydation de la TMA qui dans sa forme oxydée est moins volatile et sans odeur.
    Les antibiotiques sont utilisés en dernier recours pour modifier la flore intestinale de façon intermittente en fonction de l’exacerbation de la maladie ou des périodes de stress.

))) HISTOIRE DE CAS (suite)
    Lors de la première visite, le patient a été référé en diététique et nous lui avons suggéré l’usage d’un savon à pH acide lors des périodes de grande chaleur ou de stress intense. Heureusement notre patient a bien répondu à ce type d’approche rapportant une amélioration subjective et olfactive de l’ordre de 80 %. Il avait retrouvé un emploi de boucher. Il a refusé de se soumettre à des tests de surcharge et à des dosages de TMA. Il est suivi pour son HTA par son médecin de famille.

))) ODEUR DE POISSON… QUI D’AUTRES
    Il existe dans le règne animal d’autres cas d’oxydation dysfonctionnelle de la TMA. Il y a quelques spécimens d’une race de vache suédoise dont le lait dégage une odeur de poisson et contient > 1mg de TMA /kg de lait.
    Par ailleurs, le Rhodes Island Red Chicken est reconnu pour pondre un oeuf dont la coquille est teintée couleur ocre sous l’effet de la TMA.
    Dans le règne végétal, une plante originaire de la côte est américaine (Maine, Vermont), le chénopode fétide, sécrète de la TMA et dégage au toucher une odeur de poisson pourri.


illus the rotten fish : OrOr 2008 d'après des picts de www.fgsp.ch


))) FLAVINE MONOOXYGÉNASE
    Il y a 5 familles de FMO (enzymes responsables de la détoxification des substances contenat des résidus à base d’azote, de sulfure, de phosphore ou de sélénium) chez les mammifères.
    Chez l’homme, l’isoforme 3 est la forme que l’on retrouve principalement dans le foie où se produit l’oxydation de la TMA. Cet isoforme se retrouve aussi dans d’autres organes dont le cerveau, le muscle squelettique, les surrénales, les glandes salivaires, la thyroïde, le poumon et la peau. Les FMO humaines contiennent de 532 à 558 acides aminés et sont responsables du métabolisme des amines endogènes, de la tyramine, de la nicotine et des antidépresseurs tricycliques (cimétidine, verapamil, ranitidine).
    Ce système enzymatique est indépendant de l’âge et du sexe et est non inductible contrairement au cytochrome P450, de telle sorte que les variations interindividuelles observées dans le métabolisme de certains médicaments sont vraisemblablement dues à des variations génétiques par opposition à environnementales.
    Il y a présentement 16 mutations connues du gène de la FMO3 avec des variantes au niveau de la symptomatologie. L’activité de la FMO3 ainsi modulée rend les individus plus susceptibles aux effets des produits chimiques de l’environnement et aux réactions idiosyncratiques des médicaments, la mutation val257 quant à elle a pour effet de diminuer le degré d’oxydation.



2- D'autres documents sonores en ligne concernant les odeurs

    Pourquoi on a tous une odeur différente ? /
www.radiofrance.fr/franceinter/em/ptitsbateaux/index.php?id=17317

    Jamais plus je ne m'écroulerai, grisée de fatigue, dans l'odeur du foin / www.radiofrance.fr/chaines/france-culture/mediatheque/?id=405128773&theme=69

    ...du mélange de la phéromone et d'une odeur nouvelle dépourvue de signification...
à l'odeur nouvelle présentée seule..../
www.radiofrance.fr/reportage/dossiers/regionales_04/communique.php?c_id=325040365

    UNE ODEUR DE FIGUIER SAUVAGE Antoine, CIOSI / www.radiofrance.fr/sites/ateliers_creation/sommaire/serie_jour.php?numero=50000018

    Musicalité des voix odeur du riz gluant parfum .../ www.radiofrance.fr/reportage/cahiers/cahiers.php?aid=245000634&rid=235000266
destruction des choses seules plus frêles mais plus vivaces plus immatérielles plus persistantes plus fidèles l'odeur et la saveur restent ...
www.radiofrance.fr/thematiques/livre/dossier/dossier.php?aid=355000744&formtype=dossier&ri...

    je m'étends sur le dos et je l'écoute couler je respire l'odeur de bois mouillé des .../
www.radiofrance.fr/thematiques/livre/dossier/dossier.php?aid=355000739&formtype=dossier&ri...

Simone de Beauvoir émissions Centenaire ...nombril enfantin la fourrure animale le sexe où un coeur battait à petits coups ; son odeur sa chaleur me saoulaient ... / www.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/dossiers/2008/beauvoir

    son enfance marqué à jamais par les flamboyants en fleur la saveur du piment
et l'odeur de la terre gorgée /
www.radiofrance.fr/francemusique/em/improviste/avenir.php?e_id=13



3- Documents écrits liés aux odeurs

    Présentation de "Hunting and Menstrual Taboos" : A Reply to Dobkin de Rios and Hayden Kelly :

Dans les sociétés de chasseurs-cueilleurs, les hommes craignaient que les femmes n'émettent certaines odeurs (liées aux menstruations, à la lactation, etc...) et éloignent ainsi le gibier, elles étaient alors exclues de cette activité, cette exclusion induisant un statut social dévalorisé ...

Partager cette page

Repost 0